Et si on sauvait l’Europe en l’élargissant ?

France/UE – Dans le jargon journalistique, on qualifie de « marronnier » tout événement incontournable qui se produit à dates régulières. La rentrée des classes, la rentrée universitaire, la trêve des confiseurs, le début des soldes, les premières chutes de neige ou avalanches, les mobilisations syndicales post-vacances, le changement d’heure, bref toutes ces petites choses qui, bien que banales bouchent des trous, facilitent le travail de journalistes en mal d’inspiration mais qui aussi, hélas, occultent des faits mille fois plus importants qui sont systématiquement relayés au second plan. Si trois cents réfugiés meurent dans les flots de la Méditerranée le jour où les premiers  flocons tombent sur la station de Courchevel, il est fort à parier que les téléspectateurs fassent leur deuil en quelques secondes. Cette forme de communication qui fait la part belle à la banalisation et à la superficialité de l’actualité ne frappe plus les sociétés dans leur ensemble mais le monde politique en particulier. Il faut attendre le marronnier quinquennal  que sont les élections au Parlement Européen pour que l’Europe soit à l’ordre du jour.

Ce contenu est accessible aux abonnés !

Merci de vous inscrire via le formulaire ci-dessous

 

 

 

 

 

 

 

error: Content is protected !!