Quand des réfugiés deviennent des « James Bond »

Allemagne – L’arrestation à Leipzig, ville la plus peuplée  du land de Saxe devant la capitale Dresde, d’une jeune Irakien de 22 ans, qui s’apprêtait à commettre un attentat en recourant à des produits explosifs comparables à ceux utilisés à Paris et Bruxelles, a naturellement suscité la stupeur dans tout le pays, mais aussi dans les territoires voisins, tous opposés à la politique d’accueil de la Chancelière, Angela Merkel. Cette arrestation, qui a permis d’échapper à un nouveau carnage, est intéressante à analyser, car elle donne raison aux deux camps qui s’opposent : les anti et les pro réfugiés.

Ce contenu est accessible aux abonnés !

Merci de vous inscrire via le formulaire ci-dessous

 

error: Content is protected !!