Les trottinettes électriques sèment la pagaille

Allemagne – Les nouvelles générations d’urbanistes et les municipalités s’imaginaient qu’en popularisant les trottinettes et bicyclettes électriques , ils allaient régler les problèmes de circulation et en même temps contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. Si ces intentions sont louables, elles n’en sont pas moins dénuées d’inconvénients. Pour que des initiatives de ce type récoltent leurs fruits, il faut être en mesure de discipliner les populations comme on le fait avec un troupeau de moutons et force est de constater que cet objectif ne peut être atteint que si, en prélude, on a enseigné le civisme et le respect de l’autre. Or, dans une société où tout est permis et où on peut renverser une personne âgée ou handicapée sans se sentir obligé de s’excuser, le bien vivre-ensemble devient très vite un enfer. La sénatrice de Berlin, membre des Verts et en charge de la gestion du trafic, Regine Günther, en a eu conscience lorsqu’elle a décidé d’interdire aux « trottineurs branchés » l’accès aux quartiers les plus touristiques de la capitale dont les emblématiques Pariser Platz et Porte de Brandebourg, situées à proximité du Mémorial de l’Holocauste qui avait tendance à se transformer en « trottinodrôme » plutôt que de demeurer un lieu de mémoire. L’édile et ses collègues du Sénat envisagent d’autres mesures dont l’interdiction de circuler sur les trottoirs qui ont toujours été conçus pour être réservés aux piétons. Ces restrictions concerneront également les rollers. Mais Berlin n’est pas la seule métropole à se saisir du problème et à Dresde des aires de stationnement ont été spécialement aménagées pour les bicyclettes et trottinettes électriques pour obliger leurs utilisateurs à se rendre à pied dans les étroites zones historiques. Etant donné que les configurations urbanistiques et architecturales diffèrent d’une ville à l’autre, les problèmes ne se posent pas de partout de la même façon. Dans celles qui , à l’instar de Munich, sont dotées d’immenses espaces verts, les problèmes de cohabitation entre piétons et propriétaires ou loueurs de bicyclettes, trottinettes et rollers sont moins récurrents et les plaintes moins fréquentes. Il est aussi évident que toutes celles qui avaient su aménager des pistes cyclables bien avant que les débats sur le réchauffement climatique apparaissent au grand jour, ont pris une longueur d’avance. Ce n’est que justice qu’elles soient aujourd’hui récompensées après avoir été moquées hier. Tous les lands vont devoir toutefois instaurer une législation et un code de bonne conduite car le nombre start ups spécialisées dans la location ou le leasing ne cesse d’augmenter et il est peu probable que cette euphorie s’étiole du jour au lendemain. kb & vjp

error: Content is protected !!