Les magistrats roumains dans la rue

Roumanie/UE – Evincée dans des conditions douteuses et rocambolesques par le gouvernement de Roumanie de la direction de la DNA, organisme de lutte contre la corruption, l’exécutif roumain persiste et signe, et a tenté d’empêcher Laura Kövesi de poser sa candidature au parquet européen. Parce qu’elle s’est permis d’inculper  des détenteurs du pouvoir pour malversations, abus de confiance, recels de biens sociaux et détournements de fonds européens, autant d’agissements qui ont été avérés et confirmés par le Président de République, accusé de son côté par les membres du gouvernement d’être à la solde de la minorité allemande, Laura Kövesi était, de fait, la femme à abattre. Elle a été remplacée à la tête de la DNA par Adina Florea,  une proche du ministre de la Justice, qui n’a pas hésité, dès sa prise de fonction, à mettre en examen celle qui l’a précédée à son poste.

Ce contenu est accessible aux abonnés !

Merci de vous inscrire via le formulaire ci-dessous

 

 

 

error: Content is protected !!