L’ancienne ministre de la Santé derrière les barreaux

Roumanie – Alors que le nouveau ministre de la Santé roumain, Ion Marcel Vela, met tout en œuvre pour rassurer la population face à la propagation du coronavirus, celle qui l’a précédé à cette fonction, Sorina Pintea (notre photo), a été placée en garde à vue et risque de rester plusieurs mois derrière les barreaux si les accusations de malversation proférées à son encontre par la DNA, organisme de lutte contre la corruption, sont avérées.

Elle est en effet soupçonnée d’avoir négocié une commission de 7% sur l’équipement d’un bloc opératoire dans un hôpital public , soit 25.000 euros. Une première tranche de 10.000 euros lui a été remise en décembre mais lors de la réception de la seconde enveloppe, le week-end dernier, elle ignorait qu’elle était filmée par une vidéo cachée, une technologie d’interception dont s’est dotée la DNA pour faire tomber les politiciens corrompus dans leur propre piège. Le fils de Sorina est venu au secours de sa maman en prétendant que le pot-de-vin n’était pas, en réalité, destinée à sa génitrice mais à l’ancien ministre de l’Education, Liviu Pop, lequel n’a eu d’autre choix que de porter plainte pour diffamation contre le rejeton. Les Roumains s’interrogent à savoir si parallèlement au Coronavirus , il sera bientôt mis fin au Dancila-Virus, qui porte le nom de l’ancienne Première Ministre, laquelle a mis à profit ses quelques mois à la tête du gouvernement pour placer tous ceux dont les citoyens roumains ne voulaient plus. (Source : adz/ Nombre de mots : 260)

error: Content is protected !!