L’affaire Guervski fait tomber Orban dans son propre piège

 

Hongrie/Macédoine – En étant disposée à accorder un droit de séjour à Nikola Guervski, ex-président du gouvernement macédonien, la Hongrie met à mal les règles élémentaires en matière de justice et de démocratie. Car protéger un homme dont les méthodes les plus révoltantes ont provoqué dans son pays, un marasme politique et économique, égalé seulement dans les pays les plus corrompus et sous les régimes les plus dictatoriaux de la planète, est une insulte à l’humanité toute entière.

Ce contenu est accessible aux abonnés !

Merci de vous inscrire via le formulaire ci-dessous

 

 

error: Content is protected !!