Friedrich Merz, un revenant futur Chancelier ? Et pourquoi pas !

Allemagne/France/Italie/UE – Il n’aura fallu que deux jours pour que le tapage médiatique consécutif au renoncement d’Angela Merkel à sa propre succession à la présidence de l’Union Chrétienne Démocrate (CDU), fonde comme neige au soleil. Le responsable de cette ingratitude s’appelle Friedrich Merz,  un homme qui réapparaît sur la scène politique après s’en être éloigné pendant près d’une décennie. Sa réapparition, providentielle pour les uns, dangereuse pour les autres, n’aurait pas suscité autant de commentaires, si Friedrich Merz ne s’appelait pas Merz Friedrich. Il fait partie de ces rares hommes qui sont rappelés à la rescousse lorsqu’un pays va mal et il apparaît déjà comme l’alternative la plus crédible au sauvetage de la République Fédérale d’Allemagne. La RFA de ce début du 21ième siècle, n’a certes rien à voir avec la France des années 50, si ce n’est la situation de la principale et historique formation d’opposition qu’est le Parti Social Démocrate (SPD) qui, à l’instar de PS français, a presque autant de courants que d’adhérents.

Ce contenu est accessible aux abonnés !

Merci de vous inscrire via le formulaire ci-dessous

 

error: Content is protected !!